Projet JICA

CONTEXTE DU PROJET

Environnement social du milieu rural au Sénégal
Depuis son indépendance, le Sénégal a maintenu en permanence un haut niveau de stabilité politique et sociale, ce qui a permis de réaliser une croissance économique régulière.

Cette croissance continue (4,1% en 2010) en dépit de la hausse du prix du pétrole et de la crise financière à l’échelle mondiale de ces dernières année

Cependant, le taux de pauvreté reste très élevé (à plus de 50%), malgré une légère baisse observée jusqu’en 2009. Cette pauvreté persistante est due entre autres à l’absence d’industrie en remplacement de la production d’arachide qui était auparavant le moteur de développement économique, ce qui se traduit par une insuffisance d’emploi en particulier chez les jeunes. A titre d’exemple, au niveau de la région de Dakar où habitent 20% de la population totale du pays, le taux de chômage des jeunes de moins de 30 ans est le plus élevé (14,4% en 2002) en comparaison avec les autres groupes d’âge.
D’un autre côté, tandis que l’économie se développe régulièrement, la disparité de niveau de pauvreté s’accroît entre le milieu urbain et le milieu rural. Cela s’explique par le fait que, les habitants en milieu rural représentant 60% de la population totale (environ 12,5 millions d’après l’Agence National de la Statistique et de la Démographe en 2010) sont dépendants du secteur primaire qui est souvent influencé par les conditions naturelles telles que le climat, d’où la précarité de la vie et des revenus. De plus, l’insuffisance des dispositions assurant la gestion durable des ressources naturelles telles que l’eau et les forêts engendre des effets néfastes. En effet la diminution progressive des ressources naturelles et la dégradation des terres provoquent une baisse de productivité dans le secteur agro-pastoral et de la pêche, et par conséquent engendre davantage de pauvreté. Dans une telle circonstance, où la perspective de l’avenir n’est pas évidente, des problèmes sociaux se manifestent sous forme entre autres de l’exode rural massif des jeunes (travailleurs migrants1), qui provoque non seulement encore une baisse de productivité en raison de la diminution de main-d’oeuvre, mais aussi l’augmentation des pauvres dans le milieu urbain et l’accélération du dépeuplement des milieux ruraux.

 Contexte et justification
Dans un contexte où le monde tend à promouvoir l’utilisation des énergies propres faisant face aux changements climatiques, l’adaptation aux changements climatiques en milieu rural est devenu un des intérêts politiques au Sénégal, d’autant que la situation socio-économique sus-décrite n’est pas séparable des enjeux environnementaux du point de vue globale. C’est dans ces circonstances que le gouvernement du Sénégal a établi le concept d’« écovillages », un nouveau modèle de développement économique intégrant le développement social, la lutte contre l’inégalité, la protection del’environnement et des ressources naturelles, et la mise en valeur de la potentialité locale. L’enjeu est de relever les défis en matière de développement rural durable, et notamment de développement humain durable en faveur de la population rurale. C’est ainsi que l’Agence National des Ecovillages (ANEV) a été créée en août 2008 visant la réalisation d’un plan grandiose dont l’objectif est de transformer 14 000 villages en écovillages2 répartis sur l’ensemble du territoire national.
Pour réaliser cette conception novatrice, un programme national intitulé « Programme des Ecovillages »3 avait été élaboré en juillet 2010, dans le cadre duquel le concept d’écovillages est défini comme : « un ensemble d’habitats à l’échelle d’un village ou d’un ensemble de villages partageant le même espace économique ou terroir, où la priorité est de placer l’homme et l’environnement au centre de tous les intérêts ». Le principe fondamental de l’écovillage étant de : « ne pas prendre à la terre plus que ce qu’on peut lui retourner ». Enfin, « le respect de la faune, de la flore et de l’être humain, représente alors une des valeurs prépondérantes de la vie en écovillages. » suite

 

 

 

Ecopartenaires