Organisation

 Arrangements d’éxecution et gestion du projet

 Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) est l’Agence de mise en œuvre du FEM pour ce projet. Le projet sera exécuté par l’Agence National des Ecovillages (ANEV), selon la modalité d’Exécution nationale (NEX) du PNUD sur une période de 5 ans à compter de la date de signature du PRODOC.

L’ANEV, en sa qualité d’agence d’exécution nationale, sera responsable de la mise en œuvre effective du projet, de l’atteinte des effets (outcomes) et de la gestion des fonds du FEM et PNUD alloués au projet à travers son budget. L’ANEV rendra compte au PNUD de la participation du gouvernement au projet et devra donc tenir le PNUD informé sur les activités du projet et soutenir sa mise en œuvre. ANEV facilitera l’exécution du projet, en s’assurant que les systèmes internes de suivi et d’évaluation ont été mis en place.

Un coordonateur national sera sélectionné pour le projet après un appel à candidatures respectant les procédures NEX.Cette personne coordonnera et exécutera les activités du projet avec le soutien des consultants et spécialistes. Ces collaborateur sont listés dans le Tableau 14 et 15 du PRODOC. Le coordonateur national rendra compte au Directeur Général de l’ANEV et en consultation avec le PNUD pour tous ce que s’agit des procédures NEX.

L’Unité de Gestion du Projet (UGP), structure de mise en œuvre du projet sera établie au sein de l’ANEV. Elle sera chargée d’une part de la mise en œuvre du projet et d’autre part du renforcement des capacités de l’ANEV à intégrer les bénéfices environnementaux globaux dans le modèle Ecovillage. Plus spécifiquement, le rôle de l’UGP sera : (i) d’assurer la gestion d’ensemble du projet et son suivi selon les règles de gestion des projets PNUD/FEM ; (ii) de faciliter la communication et le réseautage parmi les principaux acteurs au Sénégal; (iii) d’organiser le Comité de Pilotage du Projet (CPP) et du Comité Scientifique et Technique (CST) ; et (iv) soutenir les acteurs locaux en vue de la réalisation de l’objectif du projet.

L’équipe de l’UGP combine un personnel déjà recruté et rémunéré par l’ANEV, avec des consultants (long et court terme) engagés pour et par le Projet. Cette démarche permettra au projet de faire le meilleur usage possible de la structure et de l’équipe existante de l’ANEV tout en la renforçant dans des domaines spécifiques qui sont particulièrement importants pour le présent projet et pour la durabilité à long terme du Programme Ecovillage (voir le Tableau 15)  Au niveau des régions de concentration, le projet s’appuiera sur les agents locaux de l’ANEV et sur les agents des services déconcentrées et/ou décentralisés.  Le recrutement du personnel sera effectué par un Comité conjoint PNUD/Gouvernement.

Un Comité de Pilotage du Projet (CPP) sera chargé d’assurer l’orientation politique et la supervision du projet. Le CPP sera présidé par le Ministre en charge des écovillages ou son représentant. Les membres du CPP comprennent notamment les représentants des Ministères concernés, des partenaires financiers et les cofinanceurs du projet. La composition du CPP fera l’objet d’un arrêté ministériel. Le Comité de Pilotage du Projet (CPP) se réunira au moins une fois par an. Le Comité peut s’adjoindre en cas de besoin, les compétences de toute personne et/ou institution ressource jugée utile pour la bonne exécution de sa mission. [Contenu changé selon les récommendations du CLEP.] Le CDP fonctionera comme le Conseil Directeur du Projet (selons les procedures PNUD) et il sera chargé de prendre les décisions de gestion, de préférence de manière consensuelle, notamment l’approbation des plans et des budgets de travail du projet, ainsi que des révisions substantives du PRODOC. Les révisions du projet seront appuyées par ce comité à différents points de décision définis pendant tout son déroulement (selons le plan de suivi & évaluation et les procedures FEM).

Un Comité Scientifique et Technique (CST) sera mis en place et sera composé de représentants de diverses Directions Techniques des Ministères participant à la mise en œuvre du projet (et représentés dans le CPP). Un président sera désigné pour chaque session de travail en fonction du sujet. [

L’ANEV établira des accords de partenariats opérationnels avec des institutions, organisations et individus clés pouvant jouer un rôle déterminant dans la mise en œuvre du projet, tel que défini dans le présent document. Ceux-ci peuvent se trouver à l’échelle locale, nationale ou internationale, selon les procédures du PNUD. Des accords ont déjà été signés avec le SNEF, l’Ecole Nationale d’Economie Appliquée, l’Agence Nationale de Recherche Scientifique Appliquée, la Direction de la Recherche Technologique et la Direction de l’Hydraulique Rurale. D’autres sont en négociation avec la DPN (Direction des Bassins de Rétention), l’Agence des Bassins de Rétention, l’Agence Sénégalaise de l’Electrification Rurale, l’Agence de la Grande Muraille Verte, entre autres à suivre. Un protocole global sera signé entre le MEBRLAP et le Ministère de l’Environnement afin de faciliter toutes les interactions entre l’ANEV et les différentes Directions du Ministère de l’Environnement.

Au niveau des zones éco géographiques d’intervention, chaque Ecovillage crée un Comité Ecovillageois de Développement (CEVD).  Il aura plusieurs sous-comités dédiés aux diverses activités développées par le projet.

Le partenariat avec les Communautés Rurales fait l’objet de lettres de suitien signées avec l’ANEV. Ce partenariat a crée un cadre favorable à la mise en œuvre d’activités génératrices de revenus qui sont compatibles avec la conservation de la biodiversité. La formulation et le développement du Plan de Gestion Ecologique de chaque Ecovillage sera étroitement articulé avec le Plan de Développement Local de la Communauté Rurale concernée.

Au niveau de chaque zone éco géographique, l’ANEV mettra en place une antenne de zone (Antenne de zone Eco géographique/AZANEV) dirigée par un technicien dont le rôle sera de négocier des partenariats avec les partenaires au développement actifs dans la zone. 

Le projet vise la participation des communautés locales, du  réseau national des écovillages (GENSEN) et des autres acteurs (par ex., les autorités locales, les groupements communautaires, les ONG locales, les organisations villageoises, les associations paysannes, etc), dans le développement des Ecovillages. Le projet interviendra dans 10 villages. La liste indicative des Ecovillages retenus comme sites pilotes se trouve au Tableau 3.

Pour garantir la participation des communautés locales et d’autres acteurs, notamment les femmes, les groupes écotouristiques et les artisans, leurs capacités seront renforcées dans la mise en œuvre des Ecovillages (à travers le développement participatif du Plan de Gestion Ecologique, Résultat 1).

La prise en compte de la dimension genre sera encouragée et étroitement suivie. En raison de la nature des activités traditionnelles sur les sites du projet, les femmes, les jeunes et les personnes vulnérables jouent un rôle important dans toutes les activités du projet, dont la gestion, la formation et l’établissement d’options alternatives de sources de revenus leur permettant d’atteindre et de maintenir des niveaux durables d’utilisation de ressources.

 

Audit annuel

Le gouvernement fournira au représentant résident des états financiers périodiques certifiés, avec un audit annuel des états financiers portant sur la situation des fonds du PNUD (y compris le FEM) conformément aux procédures établies dans les manuels de programmation et de finance. Cet audit sera effectué dans le respect des réglementations financières, des règles et des politiques d’audit du PNUD par l’auditeur légalement accrédité par le gouvernement ou par un auditeur privé recruté par le gouvernement.

 

 

 

 

Ecopartenaires