Environnement : Aly Haïdar incite les Sénégalais à s’approprier les éco-villages

Environnement : Aly Haïdar incite les Sénégalais à s’approprier les éco-villages

Les éco-villages ont pour mission d’assurer une sécurité alimentaire et énergétique durable. Le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Aly Haïdar, demande aux Sénégalais de s’approprier ce programme.  

La rencontre de validation du Programme national et de la stratégie nationale des éco-villages, organisée, avant-hier, à Dakar, consacre la fin d’un long processus de révision dont la première mouture a été déroulée pendant une phase test de 2 ans (2010-2012). Durant cet atelier, le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Aly Haïdar, a souligné que l’Agence nationale des éco-villages (Anev), créée en août 2008, a pour mission principale d’assurer une sécurité alimentaire et énergétique durable tout en contribuant à la lutte contre les changements climatiques, à la préservation de l’environnement, aussi bien au plan local que global, et en fournissant une meilleure qualité de vie au profit de la moitié des villages situés au centre du Sénégal. 
Aly Haïdar a exhorté les participants à s’approprier le programme des éco-villages pour accompagner l’Etat du Sénégal. « Nous travaillons à ce que les Associations sportives culturelles (Asc) soient des Associations sportives culturelles et environnementales (Asce), parce que nous plaçons l’environnement au cœur de nos préoccupations », a insisté le ministre. Il a soutenu aussi qu’il faudra pousser « les Sénégalais à être des planteurs d’arbres ». Il a rappelé que « la lutte contre les changements climatiques, la conservation de la biodiversité et l’insécurité alimentaire sont autant d’urgences à résoudre par le gouvernement pour le bien-être des populations ».        
Le directeur général de l’Anev, le colonel Demba Bâ, a estimé qu’on ne peut pas parler de développement durable sans un secteur privé local compétitif. Il s’est plaint du manque de moyens financiers et humains qui plombent les initiatives. M. Bâ a affirmé que la bonne gouvernance locale est la porte d’entrée aux éco-villages. « Chaque éco-village devra s’adapter aux conditions climatiques, biophysiques…du moment », a-t-il déclaré.
Le président du Réseau panafricain des éco-villages, Ousmane Aly Pame, a informé de la tenue, à Dakar, en décembre 2014, du Sommet mondial des éco-villages.

Serigne Mansour Sy CISS

Ecopartenaires